L'Ouest Americain

2015

San
Francisco
...

Les rues de San Francisco sont, comme dans les films, particulièrement pentues ...

Les rues de San Francisco sont, comme dans les films, particulièrement pentues. Difficile à monter à pied, la descente permet, parfois, d’avoir une jolie vue sur la baie et sur l’ex-pénitentier d’Alcatraz, perché sur une île au beau milieu de la baie. La visite se fait librement, ce qui est assez rare pour une prison ! On découvre des alignements de cellules sur plusieurs niveaux…mais vous avez certainement vu cette prison dans des films où les évasions sont toujours réussies. La réalité est sans doute toute autre. Retour sur les quais, le Fisherman’s Warf où se pressent les touristes. Une boulangerie immense trône en bonne place: elle porte le nom d’un immigré français, Isidore Boudin qui a importé la panification française au levain et a fait fortune pendant la ruée vers l’or. Tout autour, de multiples restaurants, tant pour les humains que pour les oiseaux chapardeurs qui ne craignent pas de se servir au vol dans votre assiette. 

A deux pas, le cable-car permet de gagner le centre ville dans ce vénérable mode de transport emblématique de la ville. Au terminus, le changement de sens des voitures est une cérémonie prisée des visiteurs. Une plateforme pivotante mue à la main par des opérateurs perpétue la tradition. Les plus intrépides pourront voyager sur le marche-pied, se faisant frôler au croisement du train en sens inverse. C’est un choix, d’autant que ceux qui sont assis ne voient plus rien du tout… 

 

OUESTAMERICAIN75
OUESTAMERICAIN76
OUESTAMERICAIN78
OUESTAMERICAIN77
OUESTAMERICAIN80
OUESTAMERICAIN81
OUESTAMERICAIN82
OUESTAMERICAIN79
OUESTAMERICAIN83
OUESTAMERICAIN84

 

Nous n’avons vu qu’une seule fois le Golden Bridge Gate hors de la brume, le matin de notre départ ! Petite précision météorologique, la température : en plein mois de juillet, le thermomètre n’a jamais dépassé 18°C, à comparer aux 47°C endurés à Las Vegas, trois jours plus tôt ! Petite laine de rigueur.